Foire aux questions

Le site d'échantillonnage

Votre site doit avoir les caractéristiques suivantes :

  • Ouvert, c.-à-d. sans arbres ni arbustes directement au-dessus des bols
  • En plein soleil
  • Couvert d’une végétation basse ou de sol nu
  • Être peu fréquenté

Oui, en autant que les bols ne soient pas recouverts par la végétation et soient bien exposés au soleil.

Oui, en autant que les bols ne soient pas recouverts par la végétation et soient bien exposés au soleil.

  • Cela dépend de l’espace disponible. L’idéal est d’installer les bols de façon à couvrir la plus grande surface possible tout en respectant une distance maximale de 3 mètres entre les bols.
  • Peu importe la configuration choisie, il faudra vous assurer de l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage.

Idéalement, vous devez garder le même site tout au long du projet. Si jamais le site choisi initialement n’est plus disponible, communiquez avec les responsables du projet: abeillescitoyennesqc@gmail.com .

Il est préférable de garder la même configuration. Si vous devez la changer, vous devez l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage.

Les photos

Vous devez prendre des photos du site d’échantillonnage au début de votre participation au projet.

Ces photos serviront à caractériser le milieu dans lequel l’échantillonnage a été effectué : est-ce situé à côté d’un boisé, d’un potager, d’un bâtiment, d’une route, etc. Les photos nous aideront à mettre en lumière les milieux qui sont les plus favorables à la présence d’abeilles sauvages.

Vous devez prendre 4 photos, en vous plaçant au milieu de la ligne de bols ou au centre de la croix : une photo dans chaque direction (vers l’avant, vers l’arrière, vers la droite et vers la gauche). Les photos doivent permettre de bien représenter le type de milieu et de paysage (horizon) dans l’environnement immédiat du site et dans un rayon d’environ 50 mètres autour du site. Comme vous ne prendrez des photos qu’en début de projet, elles n’ont pas pour fonction d’identifier les espèces florales présentes sur le site.

Les bols

Le savon n’attire pas les abeilles, il sert seulement à briser la tension de surface de l’eau (une force qui se crée à la surface de l’eau et qui permet aux insectes de s’y poser sans couler). En ajoutant quelques gouttes de savon dans l’eau, la tension de surface disparait et les insectes qui s’y posent tombent au fond du bol et s’y noient rapidement, nous permettant de les récolter plus facilement.

Les chercheurs qui ont étudié cette question sont d’avis qu’un tel effort de prélèvement ne met pas en danger les populations, autant en termes d’abondance que de structure des communautés d’abeilles. La collecte d’insectes est nécessaire au projet puisqu’il faut, pour la plupart des espèces, examiner attentivement les spécimens à l’aide d’un binoculaire pour identifier précisément les différentes espèces d’abeilles et établir un inventaire de leur diversité.

Les couleurs choisies (bleu, jaune et blanc) sont des couleurs qui attirent différentes espèces d’abeilles, ce qui nous permet de récolter un plus large éventail d’espèces. Vous serez à même de constater les différences lors de vos échantillonnages.

Ce sont des guides à nectar. Ces lignes noires aident à attirer les abeilles qui les perçoivent comme une représentation des formes et patrons de couleur des fleurs.

Laisser les bols en place durant 24h nous permet de récolter une plus grande diversité d’abeilles, puisque les différentes espèces d’abeilles ont des habitudes de butinage variées. Par exemple, certaines espèces sont très actives au début ou à la fin de la journée tandis que d’autres le sont davantage en milieu de journée.

Si un de vos 9 bols se brise ou est perdu en cours de projet, vous pouvez le remplacer avec un bol semblable que vous avez à la maison ou continuer avec les bols restants. Dans les deux cas, il faudra vous assurer de l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage.

Si cela se produit et qu’il reste encore quelques heures avant la fin de l’échantillonnage, vous pouvez le(s) remplir de nouveau avec le même mélange d’eau savonneuse. Assurez-vous de l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage.

Pluie

Si vous êtes vers la fin de la période de 24 heures, vous pouvez tout de suite récolter les insectes avec l’épuisette et l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage (en inscrivant la durée de la période d’échantillonnage). Sinon, vous pouvez mettre les bols à l’abri pour la durée de l’averse et les ressortir ensuite (à noter également sur la feuille de saisie), ou recommencer complètement l’échantillonnage plus tard au cours du mois.

Idéalement, il ne faut pas mettre les bols quand il y a des risques de pluie. Si toutefois il commençait à pleuvoir lors d’une période d’échantillonnage, vous pouvez immédiatement récolter les insectes avec l’épuisette afin d’éviter de perdre des insectes. Une fois la pluie terminée, remplir de nouveau les bols avec l’eau savonneuse et les remettre en place pour le reste de la période d’échantillonnage. Si les insectes n’ont pas été récoltés et qu’il y a eu débordement, vous devez l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage.

Durée de l'échantillonnage

Procédez à la récolte dès que possible et l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage.

Si vous êtes près de la fin de la période de 24 heures, vous pouvez tout de suite récolter les insectes avec l’épuisette et l’indiquer sur la feuille de saisie associée à chaque échantillonnage (en inscrivant la durée de la période d’échantillonnage). Sinon, vous pouvez recommencer complètement l’échantillonnage plus tard dans le mois.

Idéalement chaque participant doit procéder à un échantillonnage par mois, de mai à septembre. Si vous êtes dans l’impossibilité de faire un des échantillonnages mensuels, vous pouvez en faire deux plus rapprochés à votre retour ou en prévoir un en octobre.

Préparation des échantillons et de l’envoi en fin de saison (alcool, étiquette, congélation, etc.)

ATTENTION : En 2020, le propylène glycol remplace l’alcool pour la conservation des insectes en raison de la pénurie d’alcool causée par la crise de la COVID-19.

NON! Il ne faut pas remplacer l’alcool par de l’eau. Cela risquerait de nuire à la qualité des spécimens qui résisteront mal à la congélation et au transport.

Si vous manquez d’alcool, vous pouvez utiliser de l’alcool à friction (70%) disponible en pharmacie.

Il faut mettre suffisamment d’alcool pour bien couvrir tous les insectes qui se trouvent au fond du sac. Veuillez vous référer au protocole et à la vidéo explicative, au besoin.

Il faut retirer l’air puis rouler le rebord jaune du sac autant de fois que possible; il faut enfin bien replier les petites languettes sur le haut du sac. Veuillez vous référer au protocole et à la vidéo explicative, au besoin.

Non. Vous devez écrire la date et votre numéro de participant sur l’étiquette au crayon de plomb. C’est la meilleure façon d’en assurer la permanence puisque l’alcool n’abimera pas le papier et n’effacera pas le crayon de plomb.

Non. Vous devez mettre l’étiquette DANS le sac Whirl-Pak. L’alcool n’abimera pas le papier et n’effacera pas le crayon de plomb.

Traitement des échantillons et résultats

À leur arrivée au laboratoire, les insectes que vous avez récoltés seront triés afin de ne garder que les abeilles et les syrphes. Ensuite, ces insectes seront nettoyés, séchés et épinglés. Nous procéderons ensuite à l’identification des spécimens en les examinant à la loupe binoculaire et en utilisant des clés d’identification spécialisées.

Vous aurez accès à la liste des abeilles et des syrphes récoltés à votre site dès que les insectes auront été identifiés. Il faut toutefois noter que nous aurons plusieurs milliers d’abeilles et de syrphes à identifier, ce qui nécessitera de longues heures de travail au laboratoire. Soyez patients!

Oui, tous les participants recevront personnellement le rapport final du projet dès qu’il sera disponible.

Bien que le projet ait pour objectif de mettre en évidence les pratiques et les aménagements qui contribuent à la santé des communautés d’abeilles sauvages et de syrphes du Québec, vous pouvez dès maintenant revoir votre environnement et vos pratiques :

    1. Aménager et/ou protéger les lieux privilégiés par les abeilles sauvages pour leurs sites de nidification:
      • Sols peu perturbés et libres de végétation nécessaires aux abeilles qui nichent au sol (c-à-d., environ 70% des espèces d’abeilles sauvages);
      • Branches mortes, matériaux ou surfaces comportant les orifices et anfractuosités nécessaires aux abeilles qui nichent dans les cavités, notamment les abeilles des genres Megachile et Osmia.
    2. Aménager et/ou protéger les lieux privilégiés par les abeilles et les syrphes pour leurs aires de butinage :
      • Bandes riveraines arbustives et fleuries
      • Haies comportant des plantes à fleurs
      • Bordures de route non fauchées
      • Réduction de la surface des pelouses
      • Réduction de la fréquence de tonte des pelouses
      • Rotation des cultures
      • Cultures intercalaires de plantes à fleurs
    3. Privilégier les arbres, arbustes et plantes à fleurs indigènes
    4. Limiter l’utilisation des pesticides, notamment des insecticides et herbicides
    5. Favoriser une rotation des cultures
    6. Laisser fleurir les plantes
    7. Réduire la surface des pelouses
    8. Réduire la fréquence de tonte des pelouses
    9. Installer des nichoirs à abeilles

Pour de plus amples informations, vous pouvez vous procurer le guide de terrain du CRAAQ : Guide d’identification et de gestion : Pollinisateurs et plantes mellifères. Disponible en ligne et très illustré, nous recommendons aussi le guide des bandes riveraines en milieu agricole développé par Gestrie-Sol: À chacun sa bande. Enfin, de très nombreux sites internet abordent la question, dont :

Close Menu